L’atelier de renforcement du système de surveillance épidémiologique et de sécurité sanitaire en Guinée s’est tenu du 07 au 08 Février 2018 à Conakry. Il a regroupé outre les cadres du ministère de la santé, les représentants d’ONG et d’institutions partenaires du système de santé guinéen.
Financé à hauteur de 6. 600. 000.000 (six milliards six cent millions de francs guinéens par la coopération Japonaise avec l’appui technique du PNUD, cet atelier avait pour objectifs essentiels:
– mettre en exergue les liens fonctionnels entre les différents acteurs intervenant dans gestion des épidémies en Guinée ;
– Présenter et optimiser le fonctionnement du ministère de la santé et de ses structures telles que l’ANSS, l’INSP… dans la lutte contre les épidémies en Guinée,
– Identifier les duplications et définir de façon concertée et en tenant compte des disponibles au niveau de chaque partenaire les actions à mettre en œuvre pour éviter la duplication des rôles et mandats,
– Définir les modalités de suivi à utiliser par les acteurs agissant ans le domaine de la santé pour assurer la collecte et le partage es informations,
– Etablir les mécanismes et les outils de communication ainsi que la feuille de route pour les actions à mettre en œuvre pour améliorer le système de réponse aux urgences épidémiques.
Après l’ouverture officielle et les différentes présentations, deux groupes de travail ont été constitués. Parmi la vingtaine de recommandations formulées, l’on retiendra particulièrement la nécessité de relecture de certains textes statutaires du département pour éviter les nombreuses duplications constatées à certains niveaux de la pyramide sanitaire. Ce travail doit se faire par un comité technique restreint constitué à cet effet par les autorités sanitaires. Toute chose qui pourrait renforcer les capacités de l’ANSS, en tant que bras armé du système de santé dans la riposte aux épidémies et à toute autre situation d’urgence sanitaire.

Share This