Ce mercredi 05 septembre   2018 s’est tenu l’atelier de validation de la  feuille de route de renforcement de la sécurité sanitaire aux points d’entrée prioritaires en République de Guinée 2019-2021. Cet atelier  qui a regroupé les parties prenantes de la plateforme ‘’une seule santé’’ a été  organisé  par  l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) sous financement de CDC Atlanta dans le cadre des activités de l’Agenda mondiale de la Sécurité Sanitaire.
L’ouverture de cet atelier a été présidé par le conseiller du ministre d’État ministre de la santé, Dr Yansané ,madame la  cheffe de mission de l’OIM en Guinée ( Fatou  N’Diaye Diallo), monsieur le représentant de l’OMS en Guinée, le Directeur Général de l’ANSS (Dr Sakoba Keita) et d’autres cadres des différents départements.
L’objectif de l’atelier est de procéder à la validation institutionnelle par les parties prenantes   de la feuille de route qui va aboutir à une plus grande sécurité au niveau des points d’entrée qui pour la plus part reste encore poreuses malgré les grands efforts fournis par l’État avec l’aide du partenaire principal qui est  l’OIM.

Madame la cheffe de mission de l’Organisation Internationale de la Migration

La cheffe de mission de l’OIM      ( Fatou  N’Diaye Diallo) a souligné que ‘’la gestion des frontières constitue l’un des principaux points de la mission de l’OIM  en Guinée qui appui le pays dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda de la Sécurité sanitaire mondiale et du renforcement des capacités minimales requises pour la mise en œuvre du RSI. Depuis 2014, l’OIM travaille avec le gouvernement de la Guinée  pour le renforcement de la sécurité sanitaire,  sachant que les mouvements des populations sont très liés aux maladies transmissibles. En collaboration avec l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire diverses activités ont été développées et réalisées dans ce sens dont l’appui à la mise en place de la surveillance à base communautaire dans 08 préfectures  frontalières avec la mobilisation de plus de 4000 agents communautaires, l’appui à la mise en place des centres d’opération d’urgence (COU) au niveau de l’ANSS et de six (06) préfectures à haut risque, le renforcement de la collaboration transfrontalière avec le développement des protocoles d’entente entre la guinée avec  les pays voisins à savoir  ( Le Libéria, la côte d’ivoire, le Sénégal et la Sierra Leone), le renforcement des capacités de réponses  aux urgences sanitaires dans les principaux points d’entrée du pays avec formation de plus de 600 agents de santé, de la sécurité , de l’élevage et de l’environnement, l’élaboration des procédures opérationnelles  normalisées et du plan d’intervention d’urgence de santé publique à l’aéroport, tout cela rendu possible grâce à l’appui technique et financier  principalement du CDC Atlanta). A la suite de l’évaluation des capacités des principaux points d’entrée  du pays et des différents ateliers d’élaboration, cette feuille de route dote la République de Guinée d’un instrument fort de planification et plaidoyers dans le cadre de la mobilisation de partenariats clés afin de garantir la sécurité sanitaire à nos frontières conformément aux recommandations du règlement sanitaire international.

Monsieur le représentant de l’organisation mondiale de la santé en Guinée

Le Représentant  de l’Organisation mondiale de la santé a dans son discours rappelé l’importance de cette feuille de route pour la viabilisation et la dynamisation des points d’entrée en ces termes : ’’La sécurité sanitaire est par essence interdisciplinaire et elle traite d’enjeu dépassant les frontières dans un monde globalisé, c’est un enjeu d’intérêt public et c’est un bien commun qui doit mobiliser sous le leaderships des États membres les moyens humains, techniques et financiers adéquats.’’

 

Il est à noter que cette feuille de route soumise aux amendements des participants travaillant en groupe sera validée et adoptée dotant ainsi la guinée d’un plan d’action pour le renforcement des capacités aux points d’entrée.

Le représentant du ministre de la santé:

Le conseiller principal du ministre de la santé

à cet atelier s’est réjoui des efforts des partenaires pour la mise en place de cette feuille de route en invitant chaque participant à contribuer  positivement à la hauteur de ses compétences à la réussite de cet atelier  de validation afin de réduire fortement l’impact de la mobilité humaine dans la propagation des maladies à potentiel épidémique en dotant la guinée de mécanismes efficaces et rapides pour faire face aux épidémies.

Galerie de l’atelier sur la validation de la feuille de route

 

Share This