Santé publique: La Guinée partage son expérience avec le Mali dans les domaines de la communication de risques et l’identification des risques

0

Dans le cadre du partage d’expérience entre la Guinée et le Mali sur la gestion des urgences de santé publique, il a été lancé  à  Bamako le  lundi 22 juillet 2019, une série de formation sur  l’identification des Dangers et Menaces et évaluation des risques (THIRA) et la communication de risques en période d’urgence. Les séances de formation sont facilitées par les cadres de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et ceux du DOU-SP du Mali. Lesdites formations  se poursuivront  jusqu’au 02 août. Elles sont rendues possibles grâce à l’Université John Hopkins via Breakthrough ACTION Mali et CDC  sur financement de l’Agence Américaine pour le développement international (USAID). La cérémonie d’ouverture de cette première phase de formation a été marquée par les allocutions de trois personnalités : le représentant du comité permanent  ‘’Une Seule Santé du Mali, la directrice générale du CNAM et le représentant pays de l’Université Johns Hopkins Dr Issiaga Daffe. En essence, ces officiels se sont réjouis de la tenue des activités formatives qui permettront d’impulser une nouvelle dynamique de gestion des urgences de santé publique au Mali. Le but ultime du premier cours intitulé THIRA était d’initier les participants aux concepts clés et les connaissances requises pour mener une identification des menaces et des dangers et une évaluation des risques.

La session du THIRA qui a ciblé les chargés de la surveillance épidémiologique et les cadres des autres directions, venus des régions du Mali est la qui seront chargé à leur tour de conduire des formations en cascade à travers tout le territoire malien avec le soutien de BA Mali.  A termes, ce cours permettra  aux cadres maliens venus des secteurs de la santé, de l’élevage  d’entrevoir entre autres, l’importance de la réalisation d’une THIRA en vue de la planification et  l’allocation des ressources rares aux menaces les plus sérieuses ; d’identifier et prioriser les menaces et dangers potentiels de leur localités respectives ; notamment les district, à l’effet de dresser le profil cartographique des risques devant faire l’objet de plan d’intervention d’urgence et des procédures opérationnelles standardisées.  Spécifiquement, cet atelier permettra de : identifier les menaces et les dangers d’origine naturelle et humaine au Mali, Evaluer les risques d’origine naturelle et humaine au Mali, Renforcer la capacité des acteurs clés du gouvernement à utiliser les outils pour l’identification, évaluation/classification, et atténuation des risques, Développer des processus pour continuer la planification autour des risques en cascade, Promouvoir l’échange des expériences et des capacités techniques entre les participants du Mali et de la Guinée.

L’un des livrables de ce premier atelier va  être la cartographie évaluative des risques du Mali. Ce produit permettra en outre de soutenir tout effort visant à réduire les pertes en vies humaines et matérielles au cours des futures urgences de santé publique et  aussi de favoriser la création des liens  collaboratifs  fonctionnels féconds  entre les organismes gouvernementaux, non-gouvernementaux et les parties prenantes concernées.  L’objectif ultime recherché étant d’améliorer la viabilité des communautés.

In fine, cette formation aidera  le Mali à exécuter une recommandation prioritaire issue de la dernière évaluation conjointe menée par l’organisation mondiale de la santé (OMS), du 27 au 30 juin dans le cadre du RSI.  Celle-ci invitait le pays à ‘’Réaliser une cartographie complète des ressources nationales (ressources humaines, logistiques, financières, etc.) pour les dangers relevant du RSI (2005) et les risques prioritaires, une étape qui devait précéder et éclairer l’élaborer d’un plan de gestion et de distribution des ressources nationales’’.

Quant à la deuxième séance de formation, elle concernera la communication sur les risques en période d’urgence de santé publique. La  CERC renforcera les capacités de 25 cadres maliens venus des directions centrales  à planifier et mettre en œuvre des campagnes efficaces de communication de crise ou d’urgence pour le grand public et pour les groupes à risque. En plus, la formation CERC permettra aux  participants de travailler  ensemble  pour développer  un plan national  de communication sur les risques au Mali, étape cruciale à l’alignement du pays sur les indicateurs de Communication de Risque relatifs à l’Évaluation Externe Conjointe (EEC).

le Directeur de l’INSP du Mali Prof Akory AGIKNAN et le Dr DAFFE Issiaga représentant de l’Université John Hopkins au Mali
Dr Wele en séance de travail dans son groupe
Photo de groupe des participants en séance de travail
Dr Boly en séance avec la cheffe de village de l’atelier
séance de discussion entre les participants
Les officiels de l’atelier
La directrice du CNAM Dr Fanta Gnaré DEMBELE
Dr Barry Chef du département du DOU-SP en séance de travaux de groupe
Photo de famille des participants
Dr Barry en séance de discussion avec Jorie
Le secrétaire permanent de la plateforme One health du Mali, présidant la cérémonie d’ouverture de l’atelier
Dr Malick et Jorie en séance de travil de groupe pendnat le THIRA

 

Dr Malick KONE, chargé de communication du DOU-SP du Mali en séance de présentation
Les facilitateurs, de la gauche à droite Dr TRAORE, Dr Malick Koné du Mali, M. Aboubacar Sidiki CISSE et Jean TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.