Journée mondiale de lutte contre la rage: La vaccination contre la rage canine au menu de la célébration

0

Ce 28 septembre 2019, le Ministère de l’élevage  avec l’appui des partenaires FAO, USAID, Breaktrougth Action a célébré la journée mondiale de lutte contre la rage dans la préfecture de Faranah.

Le thème de cette année. « La rage: vacciner pour l’éliminer  » a été concrétisé par le lancement de la vaccination des chiens contre la rage.

Il faut tout d’abord noter que Faranah a été choisi pour cette célébration par ce que c’est l’une des préfectures qui enregistre le plus grand nombre de cas de morsures de chiens.
Le lancement officiel de cette campagne a été fait par le ministre de l’élevage avec une synergie d’action sous l’impulsion de la plate-forme Nationale  » Une Seule Santé  » accompagné par ses partenaires qui sont la FAO, l’USAID, Breaktrougth Action et la CRG. Pendant 10 jours, les chiens ciblés de 3 quartiers qui avaient déjà recensé seront vaccinés ainsi que ceux de la sous-préfecture de Tiro situé à 40 min du centre-ville.

Cette vaccination programmée fait partie de la stratégie globale d’élimination de la rage d’ici 2030 mais aussi du contrôle à moyen terme des nombreux cas de morsures de chiens qui sont notifiés de façon journalière dans la préfecture de Faranah.

Dix mille  doses de vaccins ont été mobilisés avec l’appui de l’USAID pour pouvoir faire cette campagne dans les préfectures de Faranah mais aussi de Nzérékoré.

Pour la prise en charge des cas de morsures de chiens, le ministère de la santé à travers l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire met des vaccins anti-rabique dans les centres de traitement des épidémies au prix officiel subventionné de trois cent mille francs guinéens. Il faut toutefois signaler que beaucoup d’efforts restent encore à fournir pour assurer les ruptures qui interviennent de temps en temps à cause de la demande explosive liée aux multitudes de cas de morsures de chiens.

Les vaccins pour les humains sont encore difficiles d’accès surtout pour les populations à revenus limités, avec la subvention de l’Etat, il se négocie à 300 000 GNF dans les centres de traitement des épidémies. La prévention de la rage chez la population canine reste le moyen le plus abordable et le plus rentable avec un coût de moins d’un 1 $ la dose a laissé entendre Dr Racine de la FAO représentant à cette cérémonie le système des nations unies.

Cette même journée a été mise à profit pour sensibiliser la population sur la prévention de la rage  par la vaccination mais aussi les conduites à tenir en cas de morsure de chien.

C’est la sous-préfecture de TIRO situé à 45 km qui a servi de cadre à cette mobilisation. A travers un jeu communautaire public organisé par le projet Breaktrougth Action qui est spécialisé dans le changement social de comportement, les populations de TIRO à travers les questions posées sur la connaissance de la rage ont apporté des réponses et les meilleures ont été récompensées avec beaucoup de kits de ménages et de scolarité des enfants. Ce jeu a permis de faire passer des messages pertinents à la population sur la prévention de la rage, les moyens d’entretenir son chien……..

Dans cette même localité, une campagne de vaccination est prévue pour une durée de 10 jours allant du 30 septembre au 9 octobre 2019. Les populations feront gratuitement vacciner leurs chiens pour les immuniser.

Au-delà de Faranah, les morsures de chiens constituent un véritable problème de santé publique en Guinée. Partout nous pouvons constater des chiens errants en grand nombre. L’adoption d’un chien implique une grande responsabilité à défaut de laquelle le chien devient une menace pour soi mais aussi pour la société. Cette responsabilité implique l’alimentation du chien  convenablement, le faire vacciner une fois par an et s’assurer qu’il ne traîne pas au dehors au contact des chiens errants.

Le grand objectif des autorités du ministère de l’élevage est l’éradication de la rage canine d’ici l’horizon 2030 avec l’appui de ses partenaires principaux. L’atteinte de cet objectif institutionnel implique aussi l’engagement de toutes les personnes qui ont des chiens. Déjà, un plan d’action stratégique décliné en plan opérationnel existe et est en train d’être mis en œuvre.

Des dispositifs d’analyse des échantillons prélevés ont été mis en place  ainsi qu’un mécanisme d’acheminement des échantillons prélevés. De la semaine 1 à la semaine 36 de cette année, il y a eu au total 16 cas confirmés de rage dans le pays.

La dynamique « Une Seule Santé » en cours  d’implémentation aux niveaux préfectoral et sous préfectoral après l’ensemble des régions administratives facilitera à moyen et long terme une plus grande coordination pour la gestion des maladies zoonotiques, particulièrement  la rage.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.